Non Madame, mon nom n'est pas compliqué. Si vous arrivez à prononcer Schwarzenegger alors vous pouvez prononcer le mien!

J’aurai aimé avoir le courage de le dire à mes enseignants, à mes professeurs, aux personnels administratifs, aux médecins que j’ai consulté et à toute « personne lambda » quand j’étais plus petite.

Le fameux rituel de l’appel où l’on appelle les patients à l’hôpital, compte les présents et les absents à l’école ou au centre de loisirs…

Mon nom était systématiquement écorché, à l’oral comme à l’écrit.

Soit, on m’appelait seulement Melissa NTUMBA, en me retirant MUKENDI (AVEC L’AUTORISATION DE QUI ?!), soit on me rajoutait une apostrophe entre le N et le T, « N’TUMBA« , bien que mes parents orthographiaient mon nom de famille sur un nombre incommensurable de documents à remplir, en début d’année scolaire et pendant.

Rares sont les adultes qui me demandaient comment se prononçait mon nom et toutes les fois où j’indiquais la bonne prononciation de mon nom, en guise de pseudo-excuse, j’avais droit à des phrases de ce type:

-« Ton nom est vachement compliqué à prononcer, dis donc ».

-« Il est bizarre ton nom, il y a toutes les lettres de l’alphabet dedans ».

-« NTUMBA…Euh…C’est trop long pour moi, je m’arrête là », suivi d’une épidémie de fous rires de la part des autres enfants à l’école.

Imaginez les dégâts que ce genre de situations peut avoir sur l’estime et l’acceptation de soi chez un enfant en pleine construction!

Beaucoup d’Afropolitain(e)s ont vécu cela et se reconnaîtront à la lecture de ces lignes.

Je ne cherche nullement à me victimiser ici.

Toutefois, en tant qu’Afropolitaine, je pense qu’il est crucial d’évoquer ce sujet.

Notre nom de famille représente notre identité.

En portant notre nom de famille, nous portons en nous le passé, l’histoire de nos parents et de nos ancêtres.

Et nous ne sommes pas n’importe qui pour que nous laissions quiconque se moquer de nos noms et/ou prononcer nos noms, comme bon leur semble impunément.

0 commentaires
2 likes
Article précédent: Et si l'on parlait de dysmorphophobie…Article suivant: L'aîné(e)

Related posts

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Qui suis-je ?

Hello! Je suis Melissa NTUMBA MUKENDI. Originaire des deux Congo, je suis née en France, en banlieue parisienne. Passionnée de culture, j'aime apprendre et partager avec des personnes aux parcours saisissants. L'Afropolitaine, c'est l'occasion pour moi de rencontrer et d'échanger avec des femmes qui me ressemblent et qui sont toutes aussi captivantes les unes que les autres. J'ai hâte d'échanger avec vous et de vous rencontrer ! Afropolitainement vôtre. Voir Plus

Derniers Articles
Les Catégories
Newsletter